Jala, une porteuse de projet, nous parle de son expérience Réaliz

Le mois de mars est l’occasion idéale de mettre en lumière la solidarité au féminin. Au travers du parcours de Jala et de ses petites marionnettes pleines de vie, d’histoire et de poésie, découvrez ce qui a conduit cette martiniquaise engagée, aux multiples facettes, à la fois auteur, compositeur, interprète et écrivain, à participer à la plateforme Réaliz. Qu’a- t-elle réussi à entreprendre avec la dotation remportée en 2016 et quels sont les nouveaux défis que s’apprête à relever, de main de maître, cette femme aussi douce qu’inspirante.

Et un jour, le déclic !

C’est en regardant la télé que Jeannine Lafontaine, dit Jala, a entendu parler du dispositif Réaliz pour la première fois. Ni une ni deux, cette ancienne Directrice des Editions Lafontaine aux multiples talents, a vu immédiatement l’opportunité qu’offrait la plateforme pour l’aider à défendre et à faire connaître la culture martiniquaise au travers des bwabwa, des marionnettes colorées et humoristiques, réalisées à partir de végétaux locaux.  « Réaliz, c’est une excellente plateforme qui nous montre que nous ne sommes pas seuls à nous soucier du développement social ou culturel de nos territoires. Au delà de l’aspect financier, évidemment très attractif, Réaliz était pour moi une chance de découvrir d’autres initiatives inspirantes, l’opportunité d’enrichir mes propres projets avec l’expérience des autres. Je n’ai pas hésité longtemps et me suis dit que je n’avais rien à perdre ! »

Qu’est-ce qui a changé pour vous après Réaliz ?

Grâce à la dotation de 1000 € que Jala a remportée, elle a pu développer le volet culturel de l’association sportive H2Eaux dans laquelle elle est adhérente créant ainsi un pont entre le sport et la culture. Aussitôt, elle s’est équipée de machines à coudre, de documentations autour du folklore antillais et a pu démarrer des ateliers de confections de marionnettes à destination des enfants, et organiser des goûters spectacles de bwabwa gratuits pour les membres de l’association.

« Réaliz m’a donné un sacré coup de pouce. Sans leur aide, j’aurais mis plus de temps à réaliser ce qui me tenait à cœur depuis si longtemps. C’est difficile de faire venir les enfants à l’art ou la culture. Grâce à Réaliz, j’ai pu amener la culture directement aux enfants, dans un cadre plus accessible et convivial. Ma plus grande fierté, c’est de voir l’émerveillement dans les yeux des enfants qui découvrent ou redécouvrent un peu de leur Histoire et de leurs traditions. J’ai envie d’aller encore plus loin et je réfléchis à d’autres projets. »

Quels sont vos futurs projets ?

À l’approche de la retraite, cette infatigable boute-en-train pense déjà à transmettre son savoir en développant, prochainement, un site internet pour partager et initier les enfants à sa passion. En parallèle, elle continuera à faire voyager la culture martiniquaise.

« Mes marionnettes et moi avons un agenda très chargé ! L’expérience Réaliz a boosté notre notoriété si bien qu’aujourd’hui, on nous contacte de partout pour intervenir aux quatre coins de La France. Je suis actuellement en métropole pour une exposition autour de l’art et de la culture pour représenter la Caraïbe. En avril, j’interviendrai lors de la fête du Crabe pour animer un atelier de marionnettes en Guadeloupe. Et, dès le 2 mai, je serai de nouveau en métropole pour le Festival des outremers qui se tiendra en Bourgogne et qui a pour but de revenir sur la route des abolitions en Saône-et-Loire. »

Un petit mot pour ceux qui hésitent à se lancer dans l’aventure Réaliz ?

« Foncez ! C’est très enrichissant que l’on gagne ou non. Il y a toujours des retombées positives, des synergies à créer et des gens à rencontrer. Aujourd’hui encore, je continue à aller sur la plateforme et je prends plaisir à découvrir de nouveaux projets et à voter ! Il faut oser d’abord, doser ensuite ! » 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*