Projet poterie pour tous : une expérience Réaliz réussie

Notre petite saga « Que sont-ils devenus » nous emmène aujourd’hui en Guyane pour retrouver Emilie Tillard, enseignante bienveillante et passionnée, qui voulait rendre l’art accessible aux élèves de l’école Eugène Honorien à Rémire Montjoli. Depuis longtemps déjà, elle avait constaté les bienfaits de la pratique de l’art en général, et de la poterie en particulier, sur le comportement des élèves de sa classe et voulait ouvrir la pratique au plus grand nombre. Tentée par l’aventure Réaliz, elle décide, en 2016, de soumettre son projet : « Poterie pour tous ». Retour sur une initiative qui a changé tout un village.

De la candidature à la remise des prix

E.T : « Avant de soumettre le projet sur la plate-forme www.rea-liz.fr , j’ai dû demander l’accord au directeur de l’école. Il était surpris par la démarche mais m’a très vite encouragée à déposer une candidature. Il faut dire que la mise en œuvre était on-ne-peut plus simple ! Il suffisait de décrire le projet, de compléter la candidature par l’envoi de photos pour illustrer le propos…Et, voilà ! Toute la classe, mais aussi l’école et même la ville entière se sont mobilisées pour promouvoir le projet. Les parents d’élèves relayaient l’info tout autour d’eux ; auprès de leur cercle familial, puis au sein des activités extra-scolaires des enfants, au sein des entreprises, des commerces de proximité… Cela a permis de créer un véritable bouche-à-oreille et une émulation autour de notre candidature. Ce n’était pas simplement le projet de ma classe mais le projet de tous les habitants de la ville. Certes, nous n’avons pas gagné le premier prix, mais nous sommes arrivés second ! Et, pour les enfants comme pour moi, c’était déjà très bien ! Grâce aux fonds récoltés, nous avons pu acheter des fours et étendre le projet à l’ensemble des classes de l’école. »

Une thérapie pour les enfants, un outil pour les parents

Emilie Tillard en est convaincue, on apprend mieux quand on manipule.

« Le CP est le premier cycle pour acquérir les apprentissages fondamentaux comme la lecture, l’écriture, la connaissance et la compréhension des nombres et du calcul mais pour y arriver, et au delà des canaux classiques, on peut s’aider de l’art, quel qu’il soit. Il faut initier les enfants à des activités créatives. La pratique de l’art nous permet de construire une relation de qualité avec l’enfant. Pratiquer ensemble quelques exercices est une porte d’entrée ludique offrant des bienfaits illimités tels que : favoriser l’estime de soi, développer la confiance en soi et le langage, accompagner l’enfant dans la compréhension et la gestion de ses émotions, réduire l’anxiété, l’angoisse, les phobies scolaires et canaliser leur énergie » déclare Emilie Tillard.

Une vraie réussite pour tous

E.T : « Le projet Réaliz a été une véritable prise de conscience et une belle expérience pour tous. La récompense dépasse toutes nos attentes ! Nous n’avons pas juste gagné un four, nous avons remporté l’adhésion de tout le corps enseignant, des parents et de toute la ville, aux bienfaits et à la pratique de l’art à l’école. Voir, sentir, toucher, expérimenter, c’est indispensable pour ses petits cerveaux qui ne demandent qu’à comprendre le monde qui nous entoure. Et, la connaissance passe par la préhension. J’espère que notre retour d’expériences permettra à d’autres établissements de tenter l’aventure. »

 

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*